Philosophie morale et politique

Aux origines de la philosophie politique moderne : Hobbes et Locke Philippe Audegean

, par Le webmaster

S’il existe plusieurs conceptions du bien et du mal, comment fonder l’obéissance de tous à une loi unique ? Si tous les hommes sont égaux, comment fonder l’autorité chargée de promulguer cette loi ? Le pluralisme et l’égalitarisme modernes imposent une reformulation radicale des problèmes de la politique. À ces questions inconnues des Anciens, Hobbes et Locke répondent en inventant la théorie moderne de l’état de nature et du contrat social. Mais leurs conceptions sont profondément opposées. La loi est-elle juste parce que j’y ai consenti (Hobbes), ou y ai-je consenti parce qu’elle est juste (Locke) ?
La philosophie politique « moderne » a ainsi commencé par deux querelles. La première est celle des Modernes contre les Anciens, déclenchée par Hobbes et visant particulièrement Aristote. La seconde, aussitôt après, a ligué presque tout le monde contre Hobbes. Au sein de cette dernière et vaste querelle, Locke est souvent présenté comme le fondateur du libéralisme politique et du constitutionnalisme moderne.
Hobbes contre Aristote, Locke contre Hobbes : le cours tentera de présenter les enjeux philosophiques de ces querelles fondatrices de notre modernité politique.

Textes étudiés
Thomas Hobbes, De cive (Le Citoyen).
Léviathan.
John Locke, Second traité du gouvernement.

Un ouvrage de référence pour s’orienter
Jean Terrel, Les Théories du pacte social. Droit naturel, souveraineté et contrat de Bodin à Rousseau, Paris, Seuil (collection Points), 2001 (le chapitre 4 est consacré à Hobbes et le chapitre 5 à Locke).